La drague Leiv Eiriksson à Brest

L’imposante drague autoporteuse à élindes traînantes Leiv Eiriksson est entrée le 20 janvier au bassin 2 du port de commerce de Brest. Construite en Espagne au chantier LaNaval de Sestao (Nord de l’agglomération de Bilbao) elle est en service depuis septembre 2009. Avec son sister-ship Cristobal Colon, elle est la drague la plus grande du monde. D’une longueur de 223 mètres pour 41 de large elle peut draguer jusqu’à une profondeur de 155 m.

Principe de fonctionnement :

Une drague autoporteuse suceuse (THSD) s’emploie principalement pour draguer des matériaux meubles comme le sable, l’argile ou le gravier. Une ou deux élindes traînantes équipées d’un bec d’élinde sont descendues sur le fond de la mer, le bec étant traîné sur celui-ci. Un système de pompage aspire un mélange de sable ou de terres et d’eau, puis le déverse dans la « trémie » (cale du navire). Une fois complètement chargé, le bateau se rend sur le site de déchargement où les matières peuvent être déversées au fond de la mer par des portes de fond ou valorisées au moyen de la technique de projection dite à l’américaine (rainbowing). Une autre possibilité consiste à refouler le matériau dans une conduite flottante jusque sur le rivage où il servira à gagner des terres sur la mer.

 

Le PLG La Confiance a quitté Brest

La Confiance, premier d’une série de deux patrouilleurs légers, a quitté la base navale de Brest le 22 novembre à 15h00. Conçus par le cabinet d’architecture navale Mauric et construits par la SOCARENAM à saint-Malo puis à Boulogne-sur-Mer en 2015 et 2016, les patrouilleurs légers guyanais (PLG) sont des unités modernes, construites selon les normes maritimes civiles et les exigences particulières de la Marine nationale. ils répondent à un besoin militaire, en tenant compte des contraintes spécifiques de la Guyane, liées au climat tropical comme aux missions, conduites au large comme en eaux peu profondes. Les patrouilleurs légers guyanais renouvellent la flotte de surface guyanaise. Ils remplacent les P400 qui y sont basés, la Capricieuse et la Gracieuse, respectivement mis en service en 1986 et 1987. La Confiance sera rejointe par La Résolue, livrée début 2017.

Longueur : 61 mètres
Largeur : 9.50 mètres
Vitesse maximale : 21 nœuds
Déplacement : 700 tonnes
Autonomie : 14 jours
Equipage : 24 personnes

La Confiance se prépare à quitter Brest

Mardi 22 novembre 2016 à 14h00, le patrouilleur léger guyanais La Confiance et ses 24 marins quitteront définitivement la métropole et la cité du Ponant pour rallier leur port-base de Dégrad-des-Cannes.
La Confiance, construite à Saint-Malo et Boulogne par la SOCARENAM, est le premier des deux patrouilleurs destinés à la Guyane. Il sera suivi par La Résolue, livrée début 2017. Tous deux assurent le renouvellement des moyens navals de la Marine nationale en Guyane et remplaceront progressivement les patrouilleurs de type P400, La Capricieuse et La Gracieuse, mis en service en 1986 et 1987.
Les PLG prendront notamment part aux missions de police des pêches, lutte contre les trafics, surveillance de l’espace maritime et sécurité des tirs de fusées du centre spatial de Kourou dans la zone maritime Antilles-Guyane, qui s’étend sur plus de 120 000 km². (Photo : Gilbert Auffret)

la-confiance-2016-11-17-brest-ga-1

IDEC est arrivé à Brest

Toute l’équipe du Maxi trimaran IDEC SPORT vient de passer en code Orange, signal d’alerte défini par Francis Joyon pour indiquer une opportunité météo favorable au déclenchement sous 5 jours d’une tentative contre le Trophée Jules Verne, record du tour du monde à la voile en multicoque, en équipage et sans escale. IDEC SPORT est arrivé à Brest cet après midi pour se tenir prêt à franchir la ligne de départ historique de ce fabuleux record à Ouessant dès dimanche soir 6 novembre.

Le Revi de retour en métropole

Le remorqueur-ravitailleur Revi est arrivé ce matin à la base navale de Brest pour y être désarmé. Mis sur cale le 7 juin 1983 au chantier Bréhéret à Couéron, près de Nantes, lancé le 15 mai 1984, il a été baptisé en référence au nom polynésien du mérou drapeau.
Affecté dans le Pacifique dès son admission au service actif le 9 mars 1985, son activité a essentiellement été centrée sur les opérations liées aux expérimentations nucléaires à Mururoa et à Fangataufa. Comme son sister-ship le Rari, il a mené à bien d’innombrables missions de remorquage de barges, de positionnement et de relevage de balises, de mouvement portuaires, de ravitaillement et de soutien aux équipes de préparation, d’exécution et de dépouillement des essais atomiques.
Depuis la fin des essais nucléaires dans le Pacifique (31 juillet 1998), le Revi était basé à Papeete (Tahiti), et son activité était recentrée sur des missions de service public.
Le Revi sera remplacé à la mi-décembre par le bâtiment multi-missions Bougainville qui fait actuellement route vers Papeete.

En savoir plus sur NETMARINE